Recherches poétiques, 4

Ariel

soudain

perdue

sur la page

comme un mot

amphibie

sans broncher

sans branchies

perdue

la saveur

du sel marin

devenue

embruns

épars

sur le rivage

**

Elle danse dans l’éther, froide,

La tique érotique, roide.

Avec son amie, la mite

mythomane, la tique est romantique.

**

Des questions persistent :

-un signe fait-il avancer ?

-à quoi sert la poésie ?

-comment écrire l’amour heureux ?

-Dieu existe-t-il ?

-l’apocalypse est-elle proche ?

-sommes-nous plus proches du début ou de la fin ?

-que faut-il lire ? que faut-il ne pas lire ?

-faut-il préférer l’action à la contemplation ?

-la postérité considèrera-t-elle notre époque comme un âge d’or ou un âge de ténèbres ?

**

Il lui fallait reprendre les termes un à un, les soupeser, les rejeter, les haïr puis y revenir. Ce qu’il appelait « scepticisme », d’autres l’appelaient « déconstruction ». Il était perdu, et donnait donc à l’errance valeur suprême. Il lisait beaucoup. Il observait, par la fenêtre, les façades et les silhouettes. La notion même de « sens » lui échappait. Écrire un livre était donc impossible.

**

« En cas d’urgence, suivre le premier dingue venu. »

Louis Zukofsky

Une réflexion sur “Recherches poétiques, 4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s